En concert

22oct.Bal à Bistan à Albertville (73)

Festival Le Grand Bivouac.

18nov.RENO BISTAN (01) Concert en jardin et en solo
25nov.RENO BISTAN en solo à ALBI

Présentation Chantons sous les Toits / Médiathèque d'Albi (81)

07déc.RENO BISTAN à BOURG EN BRESSE

MJC de BOURG EN BRESSE (01)

On en dit

"Revenu de son « exil italien », Reno Bistan a rendu une petite visite au public de la salle lyonnaise. Comme on invite les copains, il était accompagné de la facétieuse Lily Luca, « si banalement heureuse » et sous le charme de son « air un peu vintage ». Le ton est donné, la soirée ne sera pas sous le signe de la mélancolie. En duo, en solo, les deux auteurs-interprètes ont réveillé une « ville qui murmure, ici, pas d’aventure ». Reno Bistan fait feu de tout bois, résume les derniers épisodes : pas de quoi pleurer, « complètement rater sa vie, c’est pas la mort ». Sous les accords de guitare, un menu italien devient une chanson. Bon, imaginons « plutôt un décor de péplum » façon tragédie grecque et « on imagine qu’on la joue en mi ». On déguste, on savoure. Lorsqu’on entend le bruit des projos, « le public est de qualité ».

Ça cause, ça s’interpelle, à la bonne franquette et de reprendre en chœur les refrains entraînants. « Faut-il que j’aie été fou de toi / Pour accepter ton hypocrisie / Tes mensonges et ta mauvaise foi / Tous tes coups tordus et ton déni. » Que l’on se rassure, le dépit amoureux est matière à rire «  Car je me faisais balader tout le temps / Comme un écologiste au gouvernement ». Autre histoire, c’est parti avec un morceau d’anthologie. « La version Mariage pour tous de Fernande de Brassens » a mis un coup à ses certitudes le jour où « j’ai vu Fred en Slim ». Suite de ballades, douce dinguerie, on rit de bon cœur, on se laisse embarquer, Lily Luca n’est pas en reste. Coquine, badine, la baroudeuse a aussi son mot à dire sur les amours de pacotille. Et que les copines cessent leurs bons conseils car « mieux vaut queutard que jamais ». Et Reno Bistan, où en est-il côté cœur ? De mieux en mieux ! « Les femmes qu’au fil du temps les années blessent / Finissent par revoir leurs ambitions à la baisse / Elles me snobaient, me jetaient des yeux sombres / Mais moi j’attendais mon heure, tapi dans l’ombre. »

Volubile, pop-folk qui swingue, une dose d’humour caustique, poésie pimentée et tendresse jamais loin. Comme son répertoire entre Brel et Oldelaf, « une semaine sur deux », le père de famille se transforme « en punk à chien ». Sa meilleure amie le regarde bizarrement ce soir, le crash est à craindre, « ça va finir au pieu ». Politique, engagé, un cauchemar à la Stephen King lui fait anticiper « un monde de droite ». Trois rappels, une reprise ? Réussir à plomber l’ambiance avec On the road again, c’est du grand art ! Mal parti, mal accordé, second degré maîtrisé, les larmes de rire à l’écoute de cette réjouissante déprime. Jubilatoire. Le public passe commande. Reno Bistan agrée de bonne grâce. Et comme il en faut pour tous les goûts, le final sera « centre droit » : « Tant pis, tu n’es plus ma copine / J’prends ma guitare et mes bouquins / Je fais l’amour et la cuisine / Est-ce que ça intéresse quelqu’un ? » Que la dérision fait du bien ! "

Sylvie Milczach (Nos Enchanteurs / 30 janvier 2017)

"D'une voix douce et tranquille il déploie ses histoires légèrement en porte-à-faux, un monde qui décale, un regard de côté. Des histoires qui pourraient être dramatiques mais qui font sourire. Avec des mélodies qui viennent chercher l'oreille et des textes très joliment troussés."

Danao Timéos (Les Potins d'Angèle / Janvier 2017)

« Reno Bistan est un des très rares écriveurs de chansons qui actuellement sachent écrire, fassent rire pour de vrai, ne se prennent pas les pieds dans le tapis des bons sentiments. Avec ça il est pas très joli garçon mais bon, ça va… »

 Sarclo

" Avec Bilan et Perspectives, l’artiste démontre qu’il n’a rien perdu de sa plume facétieuse et poétique. Sur ces mélodies aux résonances acoustiques qui lui vont si bien, Reno Bistan, en chansonnier qui maîtrise son style, dresse des portraits tendres, drôles, ironiques, puisant son inspiration dans le monde qui l’entoure."

S. Palinckx (Francofans / Avril 2013)

"Quant aux perspectives, elles nous confirment juste l’intérêt de ce chanteur, sans doute nouveau à vos oreilles, dont vous auriez intérêt à suivre l’itinéraire futur ".

M.Kemper (Nos Enchanteurs / Février 2013)

« Satire de tous les coins et poil à gratter de tous les conformismes, l'oeuvre de Reno Bistan vogue en eaux joyeuses. Il fait de ses maladresses des autocritiques si radicales qu'on se demande si nous ne sommes pas aussi dans la cible. »

Philippe Pagès « Le Bijou / Toulouse »

« C’est drôle, inventif, poétique, souvent engagé, avec un vrai don de parolier »

Blaise Merlin « Festival Musiques et Jardins / Paris »

« il y a indéniablement une griffe Bistan, une manière d’être, un rien décalée, looser des sentiments certes mais acteur de sa vie, souvent en des chroniques sociales qui font ou devraient faire référence. »

Michel Kemper « Nos Enchanteurs »

« Ses chansons ? Du sincère, du vécu, les chroniques d’un journal à la fois personnel et appartenant à tout un chacun, avec le seul devoir d’entretenir le recul qui fera d’un drame le prétexte à se fendre la poire. »

Quentin Daniel « Le Clou dans la planche / Toulouse »

« Mettre ses doutes en chansons est un art délicat qui flirte ici avec la poésie. Que demander de plus ? »

Adrien Grou Radenez « Exit / Lyon »

« Qu’il raconte ses amours contrariées avec la distance de l’autodérision, qu’il sème une graine de mémoire ou une pincée d’acidité, il nous touche instantanément. »

Balthos in B+



HAUT